Sportpxl : comment est née notre plateforme de gestion de photos running, trail et sport d’endurance ?

Nous avons travaillé dur cet hiver pour proposer une solution innovante qui fera entrer la photographie de sport d’endurance dans le XXIe siècle.

L’histoire de Sportpics est avant tout celle d’un service proposé à nos clients qui nous a poussés, de manière empirique, à trouver des solutions techniques pour gagner du temps. Les heures passées à identifier manuellement chaque coureur afin d’envoyer, sur le téléphone via et par email pour augmenter les partages auront été nos principales sources de motivation pour une automatisation du chemin de votre appareil vers les yeux des coureurs la plus aboutis. Depuis 2 ans, nos week-ends ont une tout autre saveur : le traitement des photos nous prend 5 à 6 fois moins de temps…   Conséquences : les photos sont envoyées quelques minutes seulement après le passage de la ligne d’arrivée et nous prenons un apéro en terrasse bien méritée au lieu de passer des heures devant un ordinateur à reconnaitre à la chaîne des dossards sur des sportifs.

Après de nombreuses sollicitations de la part de confrères pour mettre à disposition notre solution développée pour nous et rien que nous, nous avons décidé de nous pencher sur le sujet l’été 2019. L’upload des photos : ok. La reconnaissance instantanée du dossard lors de l’upload : ok. La diffusion par SMS et email à tous les participants : ok. Mais comment la rendre accessible à des tiers avec la possibilité de vendre ou pas la photo, d’importer les coordonnées des coureurs, etc etc.

UNE TECHNOLOGIE DE RECONNAISSANCE DE NUMÉRO DE DOSSARD SIMPLE MAIS EFFICACE

Comment dupliquer le modèle de kapp10 qui veut que chaque partie prenante (coureurs, organisateurs, sponsors, photographes, chronométreurs) d’une course cliente puisse travailler ensemble pour amplifier les retombées ?

Sans rentrer dans les détails, la technologie utilisée par Sportpics n’a rien de révolutionnaire. Pour reconnaitre numériquement un numéro sur un dossard, un développeur informatique arrivera vite à ses fins. Et c’est 70 à 90% des photos de trail, marathons, triathlons, cyclisme  ou autres swimrun qui sont reconnues immédiatement. Pas mal non ?

Une fois cette technologie intégrée dans un système informatique spécialement élaboré pour la diffusion et la vente des photos de courses, Sportpics change les week-ends des photographes. Et ce n’est pas tout…

Car toucher les coureurs pour un photographe c’est bien. Mais toucher ses proches peut être autrement plus lucratif. Dans ce sens Sportpics a quelques secrets sur le fait de toucher habilement les proches, supporters, fans de chaque héros que vous créez chaque fin de semaine.

Actuellement, le plus grand frein à la vente des photos de sport est la main-d’œuvre humaine. La majorité des photographes doivent encore « taguer » manuellement leurs photos, car c’était la méthode la plus fiable, mais sûrement la plus chronophage. Bien que le travail humain soit précis, l’identification de l’intégralité des coureurs d’un évènement peut prendre des jours. Sur des épreuves majeures, nous avons vu ce processus prendre une semaine et, dans certains cas, le marquage est effectué à la hâte, ce qui entraîne de nombreuses photos non balisées. Et une pure perte pour le photographe.

GAGNER DU TEMPS POUR DIFFUSER VOS PHOTOS PLUS RAPIDEMENT ET PLUS EFFICACEMENT

Résultat ? La diffusion est retardée, longue.  Le chiffre d’affaire en pâtit. L’achat de souvenir sportifs est une chose éphémère qui doit se faire sous le coup de l’émotion et de la satisfaction personnelle. Au-delà de 72h, nous avons observé que celui-ci s’estompe car le coureur est déjà tourné vers son prochain objectif.  Assurez-vous donc que vos photos touchent vos clients le plus tôt possible.

Enfin, le coût de traitement devrait être le plus préoccupant pour les professionnels. Le travail manuel coûte cher. Il est aussi une vraie plaie. Bien que des taux forfaitaires puissent être négociés par certaines entreprises, nous avons également vu des agences facturer par quantité de dossard, entre 1 et 3 centimes d’Euros par identification. Bien qu’à première vue, cela semble raisonnable, la plupart des photos référencent deux ou trois athlètes par photo, ce qui signifie au mieux que vous payez environ 20€ par heure pour environ 700 photos pour identifier les coureurs.

Les solutions gratuites (Google Photos, Facebook) très utilisées par les photographes amateurs blâment de plus en plus l’upload massif de clichés de coureurs. Que ce soit pour des problèmes de droits ou de rentabilité pour l’hébergeur, le photographe est tributaire de leurs décisions arbitraires. Sans compter le temps nécessaire pour retrouver sa photo au milieu de milliers d’autres qui ne facilite pas la valorisation de son travail.

Grâce à une solution automatisée, Sportpics vous permet gratuitement d’étiqueter avec précision des milliers de photos en quelques secondes et de les stocker sur des serveurs sécurisés en France.

Photographe de marathons, ultra-trails, triathlons, testez dès à présent notre solution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page